09. L’Heure Joyeuse (Bibliothèque pour les enfants)

 

L’Heure Joyeuse

Bibliothèque municipale pour la jeunesse
3, rue Boutebrie, Paris 5ème

L’Heure Joyeuse est la première bibliothèque française avec salle de lecture qui soit entièrement consacrée à la jeunesse. C’est un modèle, établi selon les règles des meilleures bibliothèques pour la jeunesse des Etats-Unis. C’est à Mme John L. Griffiths, présidente du Book Committee on Children’s Librairies of United States que revient l’honneur de cette fondation. Le comité donateur a fourni le mobilier spécialement fabriqué pour la bibliothèque, et les 2000 premiers volumes ; en outre, il a fait faire à trois jeunes filles françaises les études spéciales de bibliothécaires pour enfants. La ville de Paris a fourni le local et, après une année d’expérience, à la charge du comité américain, elle a repris entièrement à ses frais la bibliothèque devenue ainsi bibliothèque municipale, la première de ce genre en France.

Cette bibliothèque est conçue d’une façon toute moderne et selon les règles de l’éducation nouvelle. En entrant, c’est une vraie surprise, car l’extérieur triste, les murs gris, les fenêtres garnies d’épais barreaux ne sont pas de bon présage. Mais une fois la porte poussée, je crois interpréter justement le sentiment des visiteurs, en disant que c’est un émerveillement. Voici une grande salle gaie où l’on cherche enfin à reconnaître le triste préau d’école d’il y a deux ans. Les murs sont peints de clair, de beaux tableaux enlèvent à la salle tout caractère administratif.

(...).

Voici le lieu qui voit défiler tous les jours, entre 9.30 et 19heures, une centaine d’enfants garçons et filles de cinq à dix sept ans, enfants de tous les milieux, de toute condition sociale, de toute nation, de toute religion. On s’étonne du nombre : la salle contient 45 places ; il faut donc que les enfants n’y viennent pas tous à la fois. Et cependant comment viendraient-ils avant quatre heures ?

On oublie que les lycées et les collèges ont des heures de sortie qui varient suivant les classes.

On oublie que les apprentis imprimeurs, les cuisiniers, les garçons bouchers, etc. sont libres dans le cours de la journée et certains jours de la semaine entièrement.

On oublie que les enfants israélites ont congé le samedi.

On oublie que de 11h.30 à 1 heure les enfants des écoles primaires qu mangent souvent si rapidement sont heureux de venir lire.

On oublie que les enfants des cantines qui s’ennuient de midi à 1 heure dans les tristes préaux d’école seront heureux, si vous pouvez arriver à faire un arrangement avec les directeurs des écoles avoisinantes, de venir passer cette heure-là à la bibliothèque.

On oublie toutes sortes de catégories d’enfants qui seront bien contents de trouver la porte de la bibliothèque ouverte toute la journée.

(...).

C. Huchet
Bibliothécaire de L’Heure Joyeuse de Paris

Source : HUCHET C. « L’Heure Joyeuse ». Bibliothèque municipale pour la Jeunesse, Les Annales de l’Enfance, janvier 1927, 1ère année, Numéro 3, p.94-98.

Pour en savoir davantage sur l’histoire et l’actualité de cette bibliothèque, nous vous invitons à consulter le site "ricochet-jeunes", le portail européen sur la littérature jeunesse :

http://www.ricochet-jeunes.org/infosutiles.asp